changer de vie

Il y a 5 ans, j’étais encore un peu une work-a-holic enfermée dans un bureau de verre, consommatrice effrénée, collectionneuse de chaussures, prête à dégainer la carte bleue à la moindre occasion. Un carré Hermès avait le pouvoir de me rendre hystérique. Le bon vieux temps… enfin, « bon », façon de parler 😉 . Une époque joyeuse et insouciante en tout cas. Une époque révolue.

carré hermès

Je portais déjà la vie, mais n’avais pas encore vraiment conscience du chamboulement qui allait suivre.

Et puis, je suis devenue mère.

Une mère louve, remplie d’instinct quasi animal, non plus prête à faire chauffer la carte bleue (quoique… pour quelque mignonne barboteuse d’une marque en vogue lol), mais prête à sortir les griffes (sans jeu de mots hihi) pour protéger mon nourrisson et notre cocon des conseils non sollicités, des critiques à peine voilées sur ma façon de faire, des pattes qui caressent sans y être invitées… etc.

Devenir mère m’a plongée dans un tourbillon de changements, qui ont renouvelé mon être au plus profond. Vous qui êtes mamans comprendrez peut-être…

Je me sentais avoir le droit d’élever mon enfant comme je l’entendais, je me sentais compétente et capable, parce que cet enfant était le mien. C’était moi la mère, c’était moi la « pro » de mon enfant. Tel était le fond de ma pensée, certes un brin agressive et sur la défensive.

Je le pense encore, mais d’une manière je crois un peu plus nuancée et adoucie, grâce à l’âge sûrement, à l’expérience, à la vie, aux erreurs que je fais, et qui heureusement me permettent d’apprendre.

Ça n’a pas été facile, encore aujourd’hui ça ne l’est toujours pas. J’ai été épuisée!! des pleurs que je ne comprenais pas et qui me donnaient mal au cœur et à la tête, de devoir me réveiller la nuit pour nourrir mon bébé (oui car c’est bien un devoir, on ne se lève pas d’un doux sommeil interrompu en dansant d’un pas allègre n’est-ce pas), d’allaiter tout le temps, d’être coincée, de ne jamais avoir un moment à moi!!…

J’ai soupiré de voir mes amis « libres », ces couples sans enfant aller au restaurant, tranquillement, profitant de la vie, pendant que j’étais fatiguée rien qu’en pensant aux nuits qui m’attendaient.

Car oui, devenir mère, c’est aussi renoncer à sa liberté. Et cet aspect peut être douloureux!

Mais quand on se laisse séduire par ce petit qui se love sur notre cœur, qui nous voue un amour inconditionnel et une confiance aveugle… Quand on réalise que de nos bras, pourtant insignifiants, nous entourons un être qui façonnera l’avenir de ce monde… Quand, malgré la fatigue, la frustration et l’envie de fuir bien loin parfois, on ressent cette immense vague d’amour qui nous submerge, qui sort d’on ne sait où, du fond de nos entrailles ou de l’Univers, et dont on ne soupçonnait même pas la possibilité… Devenir mère, ça marque profondément et à jamais. Et personnellement, je me suis sentie forte, investie d’une mission : celle d’essayer de faire au mieux pour mon enfant, qui est le futur.

maman et bébé

Alors, pour donner le meilleur à mon enfant, j’essaie de devenir meilleure. Je suis devenue une apprentie; une apprentie de la vie, et de moi-même. Je suis devenue plus attentive, à ce qui compte vraiment pour moi, pour nous, au fond plutôt qu’à la forme. J’ai tâtonné dans mon rôle de mère, j’ai découvert des choses, j’en ai laissé certaines. J’apprends à me connaître, un peu mieux chaque jour, et à devenir petit à petit celle que je veux devenir.

C’est ainsi que j’en suis arrivée à me questionner sur pas mal de choses : notre manière courante de considérer les bébés et les enfants, et d’en prendre soin, notre éducation, notre société de consommation, nos industries (santé, alimentation…), bref nos modes de vie, et ce qui a (aurait) le pouvoir de nous rendre heureux.

J’essaie de remettre certaines certitudes collectives en question, et de faire des choix en conscience, et non pas juste machinalement ou en suivant la foule. Certains choix (ou non-choix) classiques m’ont paru injustes, injustifiés, inutiles voire néfastes, et j’ai voulu faire autrement pour mes enfants et ma famille.

J’ai commencé à rêver d’un nouveau monde où, entre autres choses, notre relation à l’enfant serait différente, où l’enfant serait libre, et respecté comme un invité de marque (oui, comme un invité de marque). Un autre monde où nous aurions du temps, notre bien le plus précieux, celui que nous partageons avec les êtres que nous chérissons. Un autre monde où nous serions libres (aussi), créatifs, heureux, et épanouis 🙂 .

Et ce nouveau monde est d’ores et déjà en marche.

Il y a quelques mois, j’ai découvert cet article de Gustavo Tanaka où il cite les 8 raisons qui lui font penser que le monde est en cours de métamorphose (en anglais). Et je suis tout à fait en accord avec lui.

Pour faire un rapide résumé, il y parle entre autres du déclin du modèle du travail actuel, au vu du nombre croissant de personnes se lançant dans l’entrepreneuriat, de personnes prenant des congés sabbatiques, ou de salariés en burn-out.

Il y évoque l’essor de la collaboration et des mouvements communautaires, la puissance d’Internet, le recul du consumérisme, la recherche croissante d’une alimentation saine et bio, de spiritualité et de bien-être (yoga, méditation, médecine douce et alternative…), et enfin la tendance montante du unschooling (pour faire simple, permettre aux enfants d’apprendre à leur rythme ce qui les intéresse et ce dont ils ont besoin pour trouver leur place dans ce monde). Tout est lié, et signe les prémices d’un nouveau modèle économique et social.

Que sera donc le travail du futur? Il y a presque 3 ans, à l’occasion du 40è anniversaire de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail, des experts, des syndicalistes et des patrons ont imaginé qu’en 2053, la notion de retraite aura potentiellement disparu, vive les mini-retraites comme celles des Nouveaux Bienheureux, ainsi que celle de « bureau » car on travaillera de son domicile, dans des parcs, cafés… etc., et qu’alterner plusieurs métiers sera devenu la norme (source Le Figaro).

Et ces prévisions paraissent réalistes.

A en croire ces personnes qui vont slasher à la campagne. Le slashing ? Un néologisme et un phénomène issus du monde anglo-saxon pour désigner un nouveau rapport à l’entrepreneuriat, où l’on exerce deux, voire plusieurs métiers à la fois. Les slashers sont comptable/coach mode, ingénieur en informatique/professeur de yoga, ou encore agent immobilier/youtubeuse/prof de chant… etc. Toutes les combinaisons sont possibles.

campagne

C’est une nouvelle conception du monde du travail. On sait que le boulot purement alimentaire au service d’une même entreprise pendant 40 ans, ça ne se fait plus. Dans la plupart des cas, on reste quelques années dans une même boîte et on change, mises à part quelques exceptions où il ferait réellement bon travailler. Alors, tant qu’à changer de fonction et/ou d’entreprise toutes les 4/5 ans, et sans prendre trop de risques, on lance à coté de son activité principale (souvent salariée) sa propre activité, pour faire une ou plusieurs choses qu’on aime et pour lesquelles on est doué. On compense ainsi le manque d’enthousiasme, et on espère aussi, pourquoi pas, que sa ou ses passions prennent un jour le pas sur son activité salariée, pour pouvoir en vivre.

Ensuite, il y a les nomades digitaux, ces travailleurs indépendants qui travaillent d’où ils veulent, du moment qu’ils ont un ordinateur et une connexion Internet. Ils peuvent être web-développeurs, rédacteurs web, web-marketeurs, écrivains, blogueurs professionnels, photographes… Grâce à Internet et au développement des technologies de communication, les possibilités de travailler tout en étant mobile ont en effet explosé, et de nos jours beaucoup de métiers s’y prêtent. C’est une tendance grandissante qui offre plus de liberté, plus de flexibilité quant aux horaires, une meilleure qualité de vie. C’est un style de vie où le voyage, la découverte et une ouverture au monde tiennent une grande place, ce qui participe à un enrichissement certain d’un point de vue humain (tolérance, ouverture, culture, inspiration…).

bureau

Et que se passe-t-il quand ces travailleurs nomades et voyageurs ont des enfants? Puisqu’ils voyagent beaucoup, comment font-ils pour envoyer leurs enfants à l’école? L’école à la maison, ou ce qu’on appelle officiellement en France l’instruction en famille (IEF), est une solution, et le nombre de familles qui la pratiquent ne cesse d’augmenter chaque année.

D’ailleurs, le hasard fait bien les choses, car j’ai récemment fait la découverte d’une famille qui pratique l’IEF (l’unschooling, pour être plus précise) à Chiang Mai en Thaïlande. Et il se trouve que Chiang Mai est l’une des villes préférées des nomades digitales pour y vivre!

En bref, pour terminer et vous annoncer mon défi, je dirais qu’avec ma famille, j’ai commencé à mettre les pieds dans ce nouveau monde (sans le savoir à ce moment-là), en choisissant il y a quelques années le unschooling. Mais notre liberté d’avancer plus vers ce nouveau monde est aujourd’hui entravée par les chaînes du salariat, et une vie citadine que je qualifierais d’artificielle…

Je veux changer de vie, rejoindre ces précurseurs, ces travailleurs nomades du nouveau monde, ces néo-ruraux, ces Nouveaux Bienheureux, peu importe comment ils se nomment pourvu qu’ils aient une vie à la hauteur de leurs rêves, aspirations et convictions.

Et puis comme Wayne Gretzky, considéré comme le meilleur joueur de l’histoire du hockey sur glace, je veux

patiner à l’endroit où le palet va être, et non là où il a été

Je veux vivre au grand air, à la campagne, à la mer, voyager, diversifier nos expériences et offrir une vie riche à ma famille, pour l’épanouissement de chacun de ses membres. Et j’espère à travers cela créer une étincelle, une inspiration autour de moi, pour mon entourage et pour vous qui me lisez.

Pour y arriver, je me lance le défi de générer 1500€ de revenus alternatifs / mois d’ici 1 an. Je vais donc passer de 0 à 1500€ en un an.

Alors, vous me suivez? Et si vous aussi, vous vous lanciez un défi ? On se motive mutuellement? Partagez dans les commentaires votre défi et ce que vous feriez si vous changiez de vie, quelle vie auriez-vous? J’ai hâte de vous lire 🙂

Je veux changer de vie, et je me lance un défi

25 thoughts on “Je veux changer de vie, et je me lance un défi

  • 12 juillet 2016 à 10 h 12 min
    Permalink

    Sacré défi Ony avec de belles aspirations inspirantes 🙂 ! Par ailleurs, alterner les métiers me semble aussi une voie intéressante et motivante. A suivre…

    Répondre
  • 12 juillet 2016 à 15 h 27 min
    Permalink

    Merci Tat’ 🙂 Oui, pas mal le slashing 😉

    Répondre
  • 12 juillet 2016 à 17 h 36 min
    Permalink

    Best of luck pour ce magnifique challenge!!

    Répondre
  • 13 juillet 2016 à 10 h 58 min
    Permalink

    Depuis que je te suis, à travers tes articles/posts, tu m’inspires beaucoup. Tu me fais découvrir des tas de « choses » vraiment intéressantes. Tu te lances un beau défi que je serai ravie de suivre. Bonne continuation akia 🙂

    Répondre
    • 13 juillet 2016 à 11 h 33 min
      Permalink

      Oh, Merci Nadia! Ce que tu dis me touche beaucoup!! Oui j’espère pouvoir vous apporter un peu d’inspiration, des pistes pour améliorer nos vies et gagner plus d’argent pourquoi pas ;-). Au plaisir d’échanger alors. Bises

      Répondre
  • 13 juillet 2016 à 11 h 42 min
    Permalink

    Et que Dieu te bénisse ma chérie, avec toute mon affection

    Répondre
  • 13 juillet 2016 à 14 h 19 min
    Permalink

    Tu iras loin ma copine! Avec tes petits qui soit, vont te montrer la direction soit vont te pousser par derriere! Biz

    Répondre
    • 13 juillet 2016 à 14 h 44 min
      Permalink

      oh la la, et encore touchée! Merci ma copine!! Grosses bises 🙂

      Répondre
  • 13 juillet 2016 à 15 h 07 min
    Permalink

    c’est la première fois que je vois ton blog et je t’en félicite. et oui, les mamans ont besoin d’une nouvelle inspiration et d’idées, ne serait ce que pour les encourager. « être maman » est vraiment un métier à part et je l’ai découvert en mettant au monde cinq enfants, dont le premier est déjà parti au ciel et qui est resté depuis notre petit ange gardien. J’ai découvert beaucoup de choses et j’ai vécu diverses expériences. mais ce que je peux dire, tout est inoubliable. Dieu m’a offert un beau cadeau en me donnant des enfants et là je peux dire que je commence une nouvelle vie sans fin car à chaque jour qu’on me donne, je sens que je vis. et j’espère que tes publications me seront d’une aide précieuse. biz biz à toi et bon courage

    Répondre
    • 13 juillet 2016 à 23 h 21 min
      Permalink

      Merci pour ton commentaire et pour ton partage Herisoa! Je ne doute pas de la richesse de ton expérience de maman de 4 enfants et un ange! Oui j’espère pouvoir vous apporter quelque chose, et j’espère aussi qu’on pourra créer une belle communauté pour partager et nous enrichir mutuellement, nous partager les bons plans. A très vite. N’hésite pas à t’inscrire à la newsletter pour recevoir les nouvelles du blog 🙂 Bises

      Répondre
  • 13 juillet 2016 à 15 h 47 min
    Permalink

    Je suis très contente pour toi, et je suis très fière de toi. J’aime bien ton expression « C’était moi la mère, c’était moi la « pro » de mon enfant », c’est ton boulot (« touches pas à mon poste », lol) et ben oui, même le papa n’ a pas son mot à dire 🙂
    Pour ma part, je me suis fixé un objectif de prendre soin de moi… Allez, Allez, on se motive, ….

    Répondre
    • 13 juillet 2016 à 23 h 26 min
      Permalink

      Merci!! hehe, chacune est la « pro » de ses enfants n’est-ce pas 😉 Prends bien soin de toi alors.

      Répondre
  • 13 juillet 2016 à 18 h 42 min
    Permalink

    Mirary soa indrindra namako o ! Tongava aminao araka izay irian’ny fonao.

    Répondre
  • 13 juillet 2016 à 20 h 10 min
    Permalink

    Moi, j’ai changé de vie pour pouvoir devenir une maman et j’espère fort que ce rêve se realisera .bon courage akia Ony a . Bisous mamy be

    Répondre
    • 13 juillet 2016 à 23 h 27 min
      Permalink

      Je te le souhaite de tout cœur Seheno! Bisous

      Répondre
  • Pingback: Qui d’autre veut atteindre l’indépendance financière ? - ABC Argent

  • 29 novembre 2016 à 5 h 46 min
    Permalink

    J’espère que tu réussiras à atteindre ton objectif Ony ! J’ai adoré lire ton article, car ça m’a donné envie de changer de vie également. J’aimerais prendre de nouvelles résolutions l’année prochaine et je compte bien y arriver en suivant ton exemple 🙂

    Répondre
    • 29 novembre 2016 à 13 h 26 min
      Permalink

      Coucou Astride,

      Merci pour ton commentaire! Oui j’espère atteindre mon objectif, ou plutôt, j’espère l’atteindre assez vite 😉

      Je te souhaite à toi aussi de la réussite ! N’hésite pas à partager avec nous ce qui t’inspire, ce que tu aimerais faire, tes projets, ce que tu recherches… 🙂

      Au plaisir d’échanger
      A très vite!

      Répondre
  • 13 décembre 2016 à 17 h 33 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’adore votre témoignage. J’étais moi aussi dans la même situation, il y a quelques années. Je ne gérais pas mon budget. Puis, quand j’ai voulu avoir un enfant, avec mon mari, nous avons décidé de changer de style de vie et nous responsabiliser davantage. Eh oui, un petit, ça change la vie ! Quatre ans plus tard, je peux dire que j’ai réussi. 🙂

    Répondre
    • 13 décembre 2016 à 23 h 44 min
      Permalink

      Bonsoir et bienvenue par ici Jennifer!

      Eh oui, c’est exactement ça, les enfants c’est tout un bouleversement dans nos vies et c’est souvent à partir de là que naissent de nombreuses choses nouvelles en nous 😉

      C’est super que vous ayez réussi votre changement de style de vie! C’était quoi comme changement? 🙂

      Répondre
  • 15 décembre 2016 à 7 h 35 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai décidé de me responsabiliser, trouver un job plus stable afin de me lancer dans ce projet de famille. C’était pas évident, mais je suis fière d’avoir réussi. 🙂

    Répondre
  • Pingback: Comment acheter malin et économiser durant les fêtes | Maman et Argent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *