liberté_nature

Qu’est-ce que l’ « indépendance financière »?

Quand j’en parle, mon entourage me demande s’il s’agit d’une indépendance financière vis-à-vis de mon mari, car en effet je suis mère au foyer; pas de travail, pas de salaire! ^^ Ou par rapport à la retraite?

Alors oui, c’est tout ça à la fois, et bien au-delà.

  1. L’indépendance financière et moi

    Je n’ai pas encore atteint l’indépendance financière, loin de là. Mais j’y travaille, je commence mon voyage, et j’ai envie de vous embarquer avec moi 🙂

    Dans mon parcours de mère, qui souhaite le meilleur pour mes enfants, qui ne veut pas passer à côté de leurs premières années et de leur évolution, qui veut être libre de les accompagner durant ces précieuses années-là, j’ai découvert cette notion d’indépendance financière comme un trésor qu’il va me falloir absolument acquérir.

    C’est une indépendance financière qui concerne ma petite famille, et non pas uniquement moi : c’est notre indépendance financière, vis-à-vis de tout élément extérieur à nous : l’Etat, un employeur… etc.

    Dans son livre La semaine de 4 heures : Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux !, que je vous recommande, Timothy Ferriss dit à propos de l’indépendance financière :

    N’être ni le patron ni le salarié, mais le propriétaire. Posséder les trains et avoir quelqu’un qui veille à ce qu’ils soient à l’heure.

    L’indépendance financière se traduit en fait par la liberté d’utiliser votre temps comme bon vous semble, grâce à la possession d’actifs (travail/entreprise, immobilier, actions, placements…) qui génèrent des revenus passifs assez importants pour couvrir toutes vos dépenses.

    Pour moi, cette indépendance financière va de pair avec notre choix d’instruire librement nos enfants, hors des murs de l’école. En effet, je mets la souffrance des enfants enfermés à l’école en parallèle avec celle des salariés enfermés dans leurs bureaux. Ces mots vous paraissent peut-être forts. Mais ma conviction est qu’il y a plus de vie, plus d’apprentissages, plus de richesse (pas uniquement au sens pécuniaire) et plus de bonheur à vivre et à partager dehors, dans le monde, plutôt qu’assis entre quatre murs, que ce soit pour assimiler des leçons que quelqu’un d’autre a choisies pour nous, ou pour atteindre des objectifs qu’un employeur, pour ses intérêts et ceux de son entreprise, nous a assignés.

    D’ailleurs, on peut remarquer dans les médias ou autour de soi que la quête du bonheur au travail est au centre des préoccupations. Ce bonheur au travail, ou du moins le bien-être, les salariés le recherchent. Et quoi de plus normal quand on donne les 2/3 de son temps au travail? Mais ce bonheur au travail, est-ce bien possible ou ce n’est qu’un oxymore?

    Une enquête Ipsos publiée en Septembre 2015 m’avait marquée, parce qu’elle avait révélé que la moitié des Français estiment « passer à côté de leur vie », manquer de temps et être très touchés par le stress, notamment nous les femmes. Cette analyse sur l’éducation, ce bruit qui nous empêche d’entendre notre voix intérieure et de trouver notre voie, m’avait particulièrement parlé, moi qui suis si partisane d’une éducation alternative pour nos enfants.

    L’indépendance financière apparaît donc pour moi comme une évidence à chercher et à mettre en place. C’est une pièce qui s’emboîterait parfaitement à notre façon de vivre.

    Je suis aussi convaincue que chacune de nous, tout au fond d’elle-même, a des ambitions plus élevées que de trimer pour une entreprise qui n’est pas la sienne. On a envie de trouver du sens à son travail. « En quête de sens » , titre le film.

    Pensez à vos compétences, toutes celles qui vous permettent aujourd’hui de fournir cet excellent travail pour votre patron, et si demain vous les mettiez au service de votre propre vie et de vos propres projets?

  2. L’indépendance financière et quelques notions associées

    Autour de cette notion d’indépendance financière gravitent souvent les 3 autres notions suivantes : rat race, Nouveaux Bienheureux, et revenus passifs.

    La rat race désigne les personnes qui subissent, consciemment ou non, leur travail, et en dépendent entièrement. Car c’est leur seul moyen de payer leurs factures et leurs dettes.

    Elles travaillent dur pour mériter leur salaire et obtenir une promotion, échangeant leur temps contre de l’argent. Et quand leurs revenus augmentent, leurs besoins décuplent, ainsi que leurs dépenses. Elles ne savent pas vraiment gérer leur argent, et au-delà de ça, se sentent plus ou moins frustrées par leur situation mais ne savent pas ni ne cherchent comment en sortir. Elles courent à la consommation,  les crédits, le « toujours plus »… Travailler plus pour gagner plus, n’est-ce pas… et dépenser plus!

    Leur routine ressemble malheureusement à une course vaine et sans fin : retour à la case départ à chaque début du mois. (Comme un pauvre hamster qui tourne en rond dans sa roue sans fin)

    Si tu te sens concernée, rassure-toi, tu n’es pas la seule : tout le monde ou presque y passe. La bonne nouvelle c’est qu’on peut en sortir, et c’est la raison d’être de ce blog, pour trouver les pistes, les mettre en oeuvre et les partager. Restons en contact car je te donnerai des « tips », et tu pourras également partager tes trouvailles 😉

    roue hamster
    (Photo du site zooplus.fr)

    Alors, ça vous semblera peut-être contre-intuitif, mais la rat race concerne aussi bien des personnes qui gagnent le SMIC que des gens qui gagnent des salaires bien plus confortables. Après tout, qui d’entre nous peut se vanter d’avoir reçu une éducation financière? L’école ne nous a malheureusement rien appris sur l’argent, pourtant au cœur du fonctionnement de notre société!

    Parce que cette société et son éducation nous a tous plus ou moins formatés, nous essayons simplement de coller au modèle qu’on nous a, mine de rien, inculqué et que nous avons fini par nous approprier et considérer comme l’idéal : bien travailler à l’école, aller à l’université, avoir un ou plusieurs diplômes, décrocher un bon boulot (bien rémunéré s’entend), consommer, acheter une maison, payer le crédit pendant 15, 20 ou 30 ans, partir à la retraite pour enfin vivre (et encore, à condition de toucher une bonne retraite)… Si nous ne collons pas bien à cet idéal, nous tentons d’y remédier tout au long de notre vie en multipliant les formations, dans l’espoir souvent déçu de trouver LE job idéal qui paie bien et qui nous épanouit, et en nous endettant toute notre vie pour nous offrir les apparats d’une vie riche…

    En somme, le modèle d’une journée auquel nous pensons ne pas pouvoir échapper (et pourtant, tout est possible) est : métro – boulot – dodo, et pour la plupart d’entre nous, la trame d’une vie se résume à : études – boulot – retraite.

    Voici quelques signes qui vous disent que vous êtes probablement dans la rat race :

    – vous ne trouvez pas de sens au travail que vous faites, vous êtes découragé, vous vous sentez résigné et misérable de faire ce travail
    – vous ne ressentez aucune passion ni aucun enthousiasme pour votre travail
    – vous travaillez dur pour gagner votre salaire, et pourtant vous arrivez difficilement à mettre de l’argent de côté pour vous
    – vous serez très très embêtée, financièrement en difficulté, si par malheur vous perdez votre travail
    – vous détestez le lundi
    – vous trouvez que le vendredi n’arrive pas assez vite
    – vous trouvez que les weekends sont trop courts (ils le sont! ^^), les vacances aussi
    – vous avez du mal à trouver du temps pour vous, et pour votre famille

    decouragement-300x300

    Il est temps de fuir la rat race! Rester là-dedans peut vraiment se révéler néfaste pour votre santé physique et mentale, pour votre confiance en vous, votre sentiment d’accomplissement (stress, burn-out, sentiment de dévalorisation, perte de sens…).

    Quand j’étais toute jeune, le monde du travail représentait un peu le Graal, le symbole de l’indépendance, de l’entrée dans le monde que je croyais émancipé des adultes (par opposition au monde coercitif des enfants)… Mais le boulot alimentaire m’a tuer…

     

    Les Nouveaux Bienheureux, quant à eux, appartiennent à une catégorie qui agit pour prendre le contrôle de leur vie. Ils adoptent un art de vivre où le rapport au temps et à l’argent est différent de ce qui est communément admis.

    Ils optimisent leur façon de travailler afin de dégager du temps pour se consacrer à ce et ceux qu’ils aiment, quitte à gagner moins d’argent.

    Ils ne veulent pas attendre une incertaine retraite pour vivre et profiter pleinement de leur temps. Cependant, leur but n’est ni l’oisiveté ni de prendre leur retraite jeune, mais de répartir des périodes de mini-retraites tout au long de leur vie, et de faire ce qui les enthousiasme (un mot qui me renvoie tout de suite à André Stern… mais je m’égare ^^).

    Ils travaillent pour le plaisir, et non plus par nécessité. Car ils ont mis en place un système pour faire en sorte que l’argent travaille pour eux, et non l’inverse (travailler pour l’argent)C’est là qu’entrent en ligne les revenus passifs ou automatiques : ce sont des revenus qui rentrent, indépendamment du temps que l’on passe à travailler (j’y reviendrai).

  3. L’indépendance financière et ses promesses

    Alors, que feriez-vous si l’argent n’était pas un problème? Déjà, je pense que vous arrêteriez de vous faire du souci pour l’argent et pour votre avenir financier. Vous gagneriez en sérénité.

    Si vous aviez l’indépendance financière, vous pourriez éviter la tristesse de vous séparer de votre tout petit bébé, à cause de votre travail. Vous pourriez être là pour tous les moments importants. C’est vrai, et votre entourage vous le répétera assez, que le temps passe vite, trop vite, et qu’il faut profiter de ses enfants. Il y a de quoi être frustrée quand on rate le premier fou rire, le premier mot, le premier pas, le premier caca dans le pot… etc.

    En tout cas, vous auriez le choix. De le confier, lorsque tous deux vous vous sentirez prêts. Ou de le garder, si c’est ce que vos tripes vous dictent (si c’est le cas, ne culpabilisez pas car de toute façon, pour votre bébé, le meilleur endroit de la terre se trouve dans vos bras, et la meilleure nounou du monde ne pourra jamais vous remplacer ^^).

    maman bébé

    Si vous étiez financièrement indépendante, vous pourriez travailler quelques jours par semaine pour une cause qui vous tient à cœur. Et le reste du temps, être avec vos enfants, votre famille ou vos amis, vous consacrer à vos loisirs, à votre culture, à vos talents, à votre business…

    Vous pourriez voyager à votre gré; apprendre de nouvelles langues, rencontrer de nouvelles personnes, créer de nouveaux liens, découvrir de nouveaux paysages, d’autres cultures…

    Ce ne sont que des exemples. Fermez les yeux et visualisez ce que vous feriez si vous étiez libre, si tout était possible…

    Le but ultime est de faire ce que vous aimez, ce qui vous épanouit et qui a du sens pour vous. Le pré-requis est de le définir. 🙂

     

    agir

  4. L’indépendance financière et ses exigences

    Atteindre l’indépendance financière exige du travail et du temps. Car vous vous doutez bien que vous n’aller pas « posséder les trains » sans faire grand chose, du jour au lendemain 😉

    Mais, c’est du travail qui a du sens pour vous, car vous serez motivée par vos propres objectifs pour votre propre vie (et non pas les objectifs de votre employeur pour son entreprise), et ça risque même de vous passionner 🙂

    C’est du travail sur soi, pour trouver ces objectifs qui sont les vôtres et qui, j’ai envie de dire, vous définissent. Du travail sur soi pour se connaître donc, et aussi pour se faire confiance et persévérer.

    Parce que l’indépendance financière est une histoire d’argent (mais pas uniquement), vous devrez travailler sur votre relation à l’argent. En effet, nous avons souvent des croyances limitantes par rapport à l’argent (peur, amour/haine…). D’ailleurs, l’argent est souvent un sujet tabou. Mais sur ce blog j’en parlerai librement puisque le but est de trouver des moyens de gagner de l’argent (donc de vivre) autrement, en étant maman au foyer.

    Pour moi, chercher l’indépendance financière doit être une quête pour avoir une vie meilleure et pouvoir aider les autres, et non une course pour amasser de l’argent par avidité. Car l’amour de l’argent vous ferait perdre votre âme…

    Vous devrez travailler pour mettre en place des leviers qui vont générer beaucoup d’argent pour vous, sans que cela vous demande beaucoup de votre temps à terme.

    Aujourd’hui, je suppose que vous échangez 1h de votre temps contre 1h de salaire. Ces leviers devront vous permettre de sortir de ce modèle, et donc de travailler moins, avoir du temps, tout en gagnant plus. C’est-à-dire qu’ils permettent de générer des revenus passifs, qui ne dépendent plus du temps que vous y passez une fois qu’ils sont bien mis en place, à l’image des droits d’auteur, ou des royalties, ou encore des loyers perçus. Que vous travailliez ou non, vous gagnez de l’argent. Vous imaginez la liberté?! A ce stade, ça y est, l’argent travaille tout seul pour vous (allez, avec un peu de votre aide quand même)!

    Parmi ces leviers, et sans rentrer dans les détails pour en faire des articles dédiés, en voici 4 que je vais creuser (vous en trouverez peut-être d’autres) :

    • la création d’entreprise
    • l’investissement immobilier
    • la bourse
    • le blogging

    Ah, et encore une chose. Pour vous aider dans votre voyage vers la liberté financière, il est bon de vous former, de manière continue, et de vous engager dans une démarche de développement personnel pour devenir meilleur et augmenter chaque jour votre valeur, qui est le pilier de toute votre démarche.

    Vous pourrez également vous former auprès de personnes qui ont atteint leur indépendance financière. C’est une excellente manière de parvenir au même résultat qu’elles. J’ai fait des recherches à ce sujet, et j’ai vu qu’il existe pas mal de formations proposées sur le marché. Je pense qu’elles représentent un bon investissement, à condition de trouver la ou les bonnes formations, qui ne sont pas là pour vous vendre du rêve, mais bien pour vous prendre par la main et vous montrer le chemin, pour vous faire gagner du temps et de l’argent plus vite. Je suis pour ma part en train de suivre une petite formation en ce moment. Je vous en dirai un peu plus 😉

     

En conclusion, l’indépendance financière est donc une question d’argent, car l’argent est un moyen pour atteindre ses objectifs. Mais c’est aussi une question de qualité de vie ou même de philosophie de vie, de sens, de loyauté envers soi-même et ses profondes aspirations. C’est revendiquer sa liberté. C’est vaincre la peur et s’armer de beaucoup de courage, pour remettre en question l’ordinaire et secouer sa zone de confort, pour trouver sa propre voie.

Alors dites-moi, est-ce que cette quête de l’indépendance financière pourrait trouver une place dans votre cœur, dans votre vie? Si vous découvrez cette notion avec cet article, je suis curieuse de connaître vos impressions. Sinon, peut-être avez-vous d’autres idées pour atteindre l’indépendance financière?

L’indépendance financière en quatre points

22 pesnées sur “L’indépendance financière en quatre points

  • 6 juillet 2016 à 12 h 44 min
    Permalien

    Très très bon cet article Ony, bravo ! J’aimerais bien un article de ce genre sur mon blog, car justement j’aimerais encourager mes lecteurs à voir un peu plus loin que des « gains à la petite semaine ». Serais-tu interessée?

    Répondre
    • 7 juillet 2016 à 10 h 19 min
      Permalien

      Merci Nicolas! Avec plaisir pour travailler ensemble (je t’ai répondu par mail aussi) 🙂

      Répondre
    • 28 juillet 2016 à 8 h 25 min
      Permalien

      Bonjour, s’est possible de recevoir un lien de votre blog?
      Cordialement

      Répondre
      • 28 juillet 2016 à 9 h 39 min
        Permalien

        Bonjour,
        Je ne comprends pas la question…

        Répondre
  • 13 juillet 2016 à 15 h 27 min
    Permalien

    qui ne rêve d’une indépendance financière??? En lisant ton article, je me vois. Et c’est la raison pour laquelle, j’ai opté de vivre ma vie pour pouvoir passer du temps avec mes enfants. je sais que peu de gens ont la chance que moi: travailler et la maison se trouve derrière le bureau. Je me lève et regarde par la fenêtre de mon bureau et je vois mes enfants jouer dans la cour de ma maison. Quand je rentre à la maison, je prend 4 ou 5 mn à pied et j’arrive chez moi: pas de dépense de carburant, ni de souci d’embouteillage. j’ai vainement cherché cette maison dans le souci de pouvoir manger avec mes enfants après l’école, de pouvoir rentrer si vite pour pouvoir leur donner un bain le soir. Mais cette maison a un prix et cela m’est égal car ce temps précieux avec mes enfants, ce moment de partage sous la douche le sont encore plus…quoiqu’il en soit, je suis intéressée par la formation que tu suis, si tu peux me le proposer: l’envie de gagner plus hihihi

    Répondre
    • 14 juillet 2016 à 0 h 25 min
      Permalien

      Tu as raison, on rêve tous d’indépendance financière… Tu as une chance immense d’avoir le choix, celui de travailler à 5mn de chez toi et de tes enfants. Quoi de mieux que de profiter de ce temps précieux comme tu dis avec ses enfants quand on en a les moyens. On devrait tous avoir les moyens… et on va les trouver ces moyens 😉
      Pour la formation, ok j’en parlerai sur le blog dans un article, quand je l’aurai finie 😉

      Répondre
  • 22 juillet 2016 à 14 h 23 min
    Permalien

    Et oui, l’indépendance financière, qui n’en rêve pas mais c’est le moyen d’y parvenir qui est « difficile » dans le pays ou je suis. Déjà le pouvoir d’achat des gens « moyens » ne leur permettent pas de finir le mois alors qu’ils passent des heures au travail. Et cela, justement, pour offrir de quoi manger et de quoi vêtir à ses enfants. Et on fait abstraction des moments câlins et des premières fois des enfants… puisqu’on a pas le choix. Ici, je pense que si on veut une indépendance financière, il faudrait déjà conjuguer deux jobs ( et là encore on fait patienté bébé) mais au fil du temps, on pourra délaissé le premier job pour le second et donc on obtiendra en sus du temps libre ( rattrapage du temps perdu avec bébé) ensuite, on pourra petit a petit réaliser nos petits rêves. En résumé donc, je pense qu’ici il faut d’abord trimer avec deux jobs ensuite un job avec du temps libre et enfin de l’économie avec réalisation des rêves.
    Par contre, ici on est gâté par la nature 😉

    Répondre
    • 23 juillet 2016 à 2 h 23 min
      Permalien

      Je te remercie pour ton commentaire, car tu as raison.

      C’est vrai qu’il est primordial de pouvoir dégager de l’épargne, car c’est ce qu’on va pouvoir investir. Mais comment épargner quand on n’arrive déjà pas à finir le mois me diras-tu.

      La première chose à faire, c’est d’apprendre réellement à mettre en place, à optimiser et à respecter un budget. Très peu de personnes le font; mettre le nez dans leurs comptes pour traquer où va leur argent, voir quelles sont les dépenses récurrentes indispensables, utiles, celles qui peuvent être optimisées, celles qui sont inutiles…
      On peut aussi apprendre à négocier son salaire.
      Cumuler deux jobs comme tu dis est aussi une idée, quand c’est possible. Si le tourisme était mieux développé là-bas par exemple, ça pourrait générer des emplois saisonniers intéressants, où l’on se donnerait à fond pendant 2/3 mois (en plus de son job principal) et mettre l’argent gagné de côté. Sinon avec Internet, gagner de l’argent de chez soi est aujourd’hui possible, en faisant de la rédaction de textes ou de l’assistance virtuelle par exemple. Pour ça tu peux t’inscrire sur des plateformes comme Freelancer (testé et approuvé 🙂 ).

      Ce sont des exemples, mais il existe finalement beaucoup d’autres moyens pour arrondir ses fins de mois, voire gagner pas mal d’argent, de manière légale et éthique. Je vous encourage vraiment à voir loin, à vous dire que c’est possible, à chercher, et à essayer! (il faut agir, sinon il ne se passe rien 😉 )
      De mon côté, je suis aussi en chemin, je cherche et j’apprends, et je ne manquerai pas de vous partager 🙂

      Répondre
      • 27 juillet 2016 à 8 h 46 min
        Permalien

        Merci beaucoup pour votre retour, votre blog nous incite vraiment à nous investir dans cet objectif commun. Effectivement, il y a beaucoup de moyens pour arrondir ces fins de mois mais c’est l’initiative qui compte. Je vais de ce pas m’y attelé 🙂 enfin de trouver déjà la matière à exploiter. Sinon, en passant, un article sur « comment optimiser et respecter un budget. » serait aussi le bienvenue. LOL Merci à vous!

        Répondre
        • 29 juillet 2016 à 1 h 25 min
          Permalien

          Ok c’est noté pour l’idée d’article 😉

          Répondre
  • 29 juillet 2016 à 16 h 35 min
    Permalien

    Hello, la maman au foyer: Félicitation pour cet article sur l’indépendance financière.

    Tellement bien rédigé qu’il donne envie de lire encore et encore. J’ai toujours su que Nicolas du blog Abc argent ne partage pas des articles quand ils n’en valent pas la peine et je n’ai donc pas hésiter à venir lire cet article pour en savoir plus.

    Ta vision de l’indépendance financière est totalement partager. Le salaire devrait être perçu comme un levier qui nous permettra de mettre en place des leviers pour multiplier nos revenus.

    Si chaque euro que nous gagnions via notre salaire vaut deux euros au lendemain de la fiche de paie et que des mois plus tard chaque euros peut nous rapporter un centime sans que nous ne levions notre doigt, c’est sur que nous pourrions quitter la rate race et devenir financièrement indépendant dans quelques années.

    Pour y arriver, il faut simplement dénicher des multiplicateurs de revenus. Et tu en a déjà cité ici.

    Au plaisir de suivre l’aventure et bonne chance pour les premiers obstacles qui ne devraient pas être un à lire cet article.

    Au plaisir….

    Le multiplicateur de Revenu.

    Répondre
    • 29 juillet 2016 à 22 h 24 min
      Permalien

      Hello Nathanaël et merci pour ton compliment, je suis ravie si tu aimes ma « plume » 🙂
      J’aime bien le mot multiplicateur de revenu, on est d’accord que c’est ce qui va permettre d’avancer vers l’indépendance financière.
      Au plaisir d’échanger également
      Je vais de ce pas visiter ton blog 🙂

      Répondre
      • 4 août 2016 à 14 h 03 min
        Permalien

        Oui je préfère utilisé le thème multiplicateur de revenu pour parler des revenus passifs. Je classe dans cette catégorie les sites de niche, les blog, la création d’entreprise; la possession d’un appartement… le tout pour se libérer du temps pour nos proches.

        Répondre
  • 29 juillet 2016 à 20 h 13 min
    Permalien

    Bonjour, quelle belle prose vraiment, un article de qualité, extrêmement bien rédigé que je vais partager sur facebook.
    Pour le sujet de l’indépendance financière, je pense que beaucoup de blogueur comme moi , toi, nicolas, nathanael etc
    ont eu une révélation avec la semaine de 4h, père riche père pauvre et toutes ces bibles sur l’indépendance financière mais j’ai parfois l’impression que c’est le graal qui fait rêver la blogosphère et certains peuvent s’égarer dans cette quête de l’idéal lorsque l’enrichissement nécessaire à cette quête de l’indépendance devient une obsession au détriment des plaisirs simples de la vie ou lorsque cela devient une telle obsession que l’on perd l’essentiel.
    Ce qui pour moi est essentiel de retenir dans l’indépendance financière est le côté revenus passifs qui doit être développer au maximum pour pouvoir gérer plusieurs choses et ne pas perdre en qualité de vie et le goût d’entreprendre d’essayer et de prendre des risques pour sortir de la zone de confort, après atteindre le but est moins important si le chemin a été profitable.

    Répondre
    • 29 juillet 2016 à 22 h 47 min
      Permalien

      Merci Patrice pour la « belle prose ». Et merci aussi pour le partage! 🙂
      Oui, je suis d’accord que les revenus passifs représentent le point essentiel dans cette indépendance financière. Je dirais aussi que le chemin est aussi important que le but; entreprendre, essayer, prendre des risques comme tu dis, c’est génial… j’ajouterais aussi qu’il est important de ne pas se perdre dans cette quête au risque de gâcher le bonheur présent, de négliger ceux pour qui on fait tout ça… mais c’est peut-être ce que tu as voulu dire?
      A bientôt
      Ony.

      Répondre
  • Ping : Je veux changer de vie, et je me lance un défi | Maman et Argent

  • Ping : Qui d’autre veut atteindre l’indépendance financière ? - ABC Argent

  • Ping : Comment préparez-vous votre avenir? | Maman et Argent

  • Ping : Comment acheter malin et économiser durant les fêtes | Maman et Argent

  • 13 décembre 2016 à 17 h 54 min
    Permalien

    Personnellement, je pense que tout individu doit viser l’indépendance financière. Pour ma part, je ne veux pas dépendre de mon conjoint. Pas qu’il ne voudra pas m’aider, mais je trouve que je dois pouvoir faire certaines choses par moi-même. Merci pour cet article. Ça donne du peps, quand même !

    Répondre
    • 14 décembre 2016 à 0 h 02 min
      Permalien

      Oui, je comprends tout à fait ton point de vue de ne pas vouloir dépendre de ton conjoint! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *